Simulation Globale
en ligne

Contexte

Dans le cadre du projet de recherche ICOGAD, financé par le ministère français de la recherche et de la technologie dans le programme Cognitique’2000, réunissant le Laboratoire d’Informatique de l’université de Franche-Comté en tant que coordinateur, le Groupe de Recherche en Communication de l’université de Nancy-2 et le département de langues de l’Open University, l’expérimentation baptisée « SimuLigne » a eu lieu du 30 avril au 6 juillet 2001.

Elle est une formation à distance médiatisée par une plate-forme de télé-formation (WebCT) dans le domaine de l’apprentissage du français comme langue étrangère (FLE) et suivant le modèle pédagogique de la simulation globale. Cette formation, a été conçue conjointement par le LIFC et le département de langue de l’Open University. Elle fut destinée à 40 apprenants anglophones de niveau avancé en langue française, ayant déjà suivi le module le plus avancé de français dispensé par l’Open University avant 2001. L’Open University a également embauché 4 tutrices pour suivre ces 40 apprenants : 1 tuteur par groupe. Le LIFC a, de son côté, recruté 11 étudiants francophones volontaires issus de maîtrise « Français Langue Etrangère » de l’Université de Franche-Comté à Besançon. Ces 11 étudiants ont joué le rôle de Natifs dans SimuLigne. Le LIFC a également reçu l’appui d’un médiatiseur de ressources ayant pris en charge la formation technologique (à distance bien sûr) des tuteurs avant la formation. Un administrateur technique de la plate-forme et un gestionnaire de la formation ont également été recrutés par le LIFC pour assister les autres utilisateurs et assurer la coordination et la synchronisation des différents groupes tout au long de SimuLigne.

Le but essentiel de l’expérimentation SimuLigne était de réaliser une formation in situ avec un nombre acceptable de vrais apprenants et entièrement médiatisée par une plate-forme et au cours de laquelle les apprenants (qui ne se sont jamais rencontrés a priori) travailleraient dans un groupe de 15 personnes maximum, de façon individuelle, coopérative ou collaborative, donnant lieu ainsi à des interactions de différents types (textes quasi synchrones ou asynchrones) et de différents niveaux (mettant en scène les apprenants eux-mêmes ou les rôles qu’ils jouent). L’obtention de ces matériaux dans la plate-forme était le premier objectif attendu par les chercheurs des 3 institutions partenaires.

Ressources et documents

Article de présentation du projetChanier, T. (10/2001). Créer des communautés d'apprentissage à distance. Les dossiers de l'Ingénierie Educative (36). 56-59 archive-edutice.ccsd.cnrs.fr/edutice-00000119
Production finale du groupe GalliaPosterGallia
Extraits consignes pour tous les groupese0a3, Etape2
Forums groupe Galliagallfora.htm
Clavardage Galliae0a3, e2a4

 

© Université de Franche-Comté, 2006.